Anderlecht,
Contrat école - Athénée Royal Léonardo Da Vinci

Contrat école - Athénée Royal Léonardo Da Vinci
, 1/2

Désignation d’un auteur de projet pour les études et le suivi de l’exécution de la rénovation et de l’extension d’une partie du bâtiment

Les services concernent les études et le suivi de l’exécution des travaux de rénovation et d’extension d’une partie de l’Athénée Royal Léonardo Da Vinci (ARLDV) sur le site des Goujons à Anderlecht.
Ce projet vise à mettre en œuvre 4 actions portées par la Fédération Wallonie-Bruxelles dans le cadre d’un projet pilote « Contrat école » initié par la Région bruxelloise, à savoir : le réaménagement du parvis ; l’aménagement d’un pôle de services en relation avec le quartier ; la transformation d’un auditoire en salle de spectacle accessible au public externe à l’AR ; l’ouverture de la façade du bâtiment sur la rue des Goujons. Le projet prévoit aussi l’aménagement de nouveaux locaux pour l’école fondamentale, le réaménagement de l’accueil du secondaire et la rénovation d’une partie des façades du bâtiment. La bonne articulation entre les espaces réservés à l’ARLDV et ceux accessibles au public est un des principaux enjeux.
Lire plus

Calendrier

3 décembre 2020
Attribution du marché

Jury

PourMadame, MonsieurQualité
L'adjudicateur - Fédération Wallonie-Bruxelles Olivier Doyen Ing. architecte, Directeur général adjoint a.i. - DGI Service générale des infrastructures scolaires
Chantal Dassonville Président(e) du jury
Architecte, Directrice générale adjointe - DGI Cellule architecture
Experts extérieurs Ann De Canniere Ing.architecte - Team BMA
Daniel Delgoffe Architecte - ULg
Chantal Vincent Architecte, urbaniste
Les utilisateurs Stephane Nelissen WBE - Direction de l'ARLDV
Mélanie Marchal WBE - Directrice du fondamental de l'ARLDV
Renelde Vanderheiden WBE - Directrice coordonnatrice / Zones de Bruxelles et du Brabant Wallon
Christian Machiels Directeur de l'Asbl Pierre de Lune
L'urbanisme Audrey Hanson Architecte, urban.brussels
Ferhat Ciftci Architecte, Administration communale d'Anderlecht

Regard d'un membre du jury

 

Révéler le potentiel du déjà là

- Par Daniel Delgoffe -

 

L’Athénée Royale Léonardo Da Vinci – ARLDV – est située au cœur de l’ilot Albert 1 er qui fait lui-même l’objet d’un ambitieux réaménagement global confié à l’A.M. Dessins & Construction – AAC.

L’établissement nécessite une rénovation globale dont certains travaux sont en cours. Au-delà des aspects fonctionnels et techniques, ce projet est l’occasion d’un nouvel élan qui permettra de renforcer l’inscription de l’établissement au sein de son quartier dans le cadre du Contrat-École et d’offrir une véritable place à l’école maternelle (aujourd’hui installée dans des pavillons provisoires). Pour cela, la redéfinition des espaces d’accueil pour les différents utilisateurs et l’installation de l’asbl Pierre de Lune comme acteur culturel spécialisé dans le théâtre jeune public en lien étroit avec l’établissement jouent un rôle essentiel. En outre, plutôt que choisir, il y a lieu de répondre de façon équilibrée à la fois au besoin de sécurisation et d’autre part à l’ambition d’ouverture.

Les bâtiments d’origine présentent une ossature en béton régulière dont les colonnes situées en façade libèrent l’espace intérieur dont le potentiel est dès lors optimum. La morphologie des éléments fixes offre, par sa nature, une grande souplesse d’appropriation.

Les constructions actuelles dégagent trois espaces extérieurs souvent monofonctionnels et insuffisamment exploités : le parvis d’entrée, le triangle sud, situé entre la salle et l’école primaire et la cour maternelle à proximité du gymnase. Leur valorisation constitue un enjeu majeur du projet pour l’école, mais aussi en termes d’articulation avec le quartier. Cela apparait rapidement comme une évidence, la gestion des vides joue un rôle déterminant.

 

Dans cette perspective, la proposition de Bogdan & Van Broeck – Studio Thomas Willemse s’appuie sur une intéressante approche globale qui situe le projet dans le réseau d’espaces publics et récréatifs. Elle propose de traiter la salle de répétition comme une « halle des artistes » à l’interface entre le théâtre et l’espace public, la grille est alors avantageusement remplacée par la façade transparente de l’espace. Ce volume semble toutefois isoler le parvis du triangle. D’autre part, dans la cour maternelle, un auvent signale l’entrée de la section et constitue une articulation subtile vis-à-vis de la cour des secondaires. L’école maternelle est traversante et s’ouvre notamment sur le patio à gradin qualitatif qui prend place dans le triangle. Le projet révèle une grande attention aux usages dont beaucoup sont déjà étudiés jusqu’au détail.

 

En ce qui concerne le rapport à l’ilot, le projet de Mamout + Bast propose une action empreinte d’optimisme qui consiste à supprimer toute limite entre le square et l’école au profit d’un lieu unique. Les deux espaces d’origine, parvis et triangle sont unifiés en un seul espace public au centre duquel le théâtre est complètement redéfini en un lieu transparent. Si la qualité intrinsèque de l’espace est indéniable, ce dispositif soulève la question de sa gestion et de sa sécurisation et d’autre part semble apporter une relative redondance qui interroge à l’égard du projet de réaménagement de l’ilot et des autres espaces publics existants. Pour parvenir à cette radicalité du propos, les locaux d’accompagnement du théâtre sont logés dans le socle, ce qui conduit à supprimer les prises de lumière d’une des façades de l’école maternelle dont la qualité s’en trouve diminuée.

 

Entre la mise en place d’une fermeture à front de square ou l’absence de limite, l’équipe Label – Suède 36 fait une intéressante proposition qui réside dans la mise en place d’un parvis public entre le square et les espaces internes à l’établissement. Cet espace constitue une interface qui parvient à faire oublier l’idée de fermeture au profit de l’ouverture et à inscrire subtilement l’école dans son quartier. Creuser le forum intérieur permet de scénariser l’accès à l’école et offre une nouvelle façade dans laquelle sont logés les bureaux du théâtre. Toutefois, le dispositif global apparait relativement complexe, la fluidité attendue des flux ne semble pas pleinement rencontrée. L’école maternelle est avant tout orientée vers la cour principale, le patio au sud ayant une proportion relativement étroite. Ce traitement du triangle propose en contrepartie un généreux « pôle de quartier » dont il faut souligner le grand potentiel.

 

Un parvis public est également mis en scène par Général assemblée d’architectes. Cela permet de situer de façon heureuse la salle de répétition dans l’espace public comme interface avec le quartier. Localiser l’entrée du théâtre côté triangle a pour corolaire que le parvis soit exclusivement occupé lors de l’accès à l’école, mais renforce la valeur de ce pôle de quartier. L’école maternelle bénéficie de deux espaces extérieurs généreux et un large espace réfectoire polyvalent central peut s’ouvrir de part et d’autre, il donne une belle ampleur à la section. Ce projet est l’occasion d’aborder le traitement de l’imposante travée d’entrée principale de l’école, en effet, la proposition l’enrichit par l’affectation du niveau inférieur en foyer et salle d’exposition partagés entre le théâtre et l’école.

 

La gestion de ce grand hall d’entrée de l’école est une façon d’aborder le projet de Vers.A. Deux actions renouvèlent l’espace existant : supprimer le vide permet de conférer un usage clair et partagé entre le théâtre et l’école, à l’espace situé au niveau inférieur, alors que par ailleurs, l’ajout d’un auvent sous lequel se prolonge le parvis constitue la clé d’un système d’accueil et de distribution fluide. Si le traitement du parvis est subtil, la présence d’un portique le long du square pourrait être ambivalente vis-à-vis de la question d’assurer la sécurité tout en renforçant la présence de l’école dans l’ilot. Par contre, la localisation des bureaux du théâtre face au square leur confère une adresse publique évidente. L’école maternelle est traitée avec beaucoup de soin et trouve respiration suite à la décision de sortir le réfectoire. Sa volumétrie construite entre les cour maternelle et secondaire contribue à clarifier l’identité des lieux. Mais l’élément le plus remarquable réside dans la façon de composer avec la structure originelle remise en scène. La proposition semble avoir procédé principalement par soustraction du superflu pour révéler le potentiel du déjà là. La composition se caractérise par sa clarté, la fluidité des flux et une grande polyvalence. Elle ne relève pas tant de l’ajout d’élément, mais principalement de la précision des rapports entre les choses au profit de la qualité des lieux de vie.

Architectes
VERS.A
Type d'opération
construction
rénovation/restauration
Typologies
éducation
école
Type de procédure
procédure concurrentielle avec négociation - publicité européenne
Adresse
Athénée Royal Léonardo Da Vinci
Rue Chomé-Wyns 5
1070 Anderlecht
Pouvoir adjudicateur
Fédération Wallonie-Bruxelles (FWB)
Marché d’architecture
Cellule architecture
Pouvoir subsidiant
Ministère de la Région Bruxelles-Capitale
Utilisateur
Athénée Royal Léonardo Da Vinci
Taux d'honoraires
13,00%
Fichiers